Préposé à la protection des données et transparence Jura-Neuchâtel

Accès à un document de l'administration (2011.0149)

Tranparence

Une association peut-elle accéder à un document de l'administration

Décision du préposé 2011.0149 du 4 novembre 2011

Vu la requête de l'association X pour déni de justice de la part du Département de l'éducation, de la culture et des sports (DECS), et plus particulièrement du Service des formations postobligatoires et de l'orientation (SFPO);

vu la confirmation de la requête du 30 juin 2011;

vu l'audience du 23 septembre 2011;

vu le courrier du 26 septembre 2011 informant les parties de la volonté du soussigné de se récuser et de leur droit de déposer des observations;

vu le courriel du 3 octobre du SFPO indiquant qu'il renonce à formuler des observations;

vu le courrier de la requérante du 4 octobre 2011;

vu le procès-verbal de l'audience de conciliation adressé aux parties le 10 octobre 2011;

CONSIDERANT

Que l'article 11 de la loi cantonale du 27 juin 1979 sur la procédure et la juridiction administratives (LPJA, RSN 152.130) prévoit que les personnes appelées à rendre ou à préparer une décision doivent se récuser si elles peuvent avoir une opinion préconçue sur l'affaire.

Que "la prévention de la personne appelée à rendre ou à préparer une décision doit être admise lorsqu'existent des circonstances qui peuvent susciter le doute quant à son impartialité." (RJN 1992, p. 227).

Qu'une communauté de locaux pose problème, selon le Tribunal fédéral, entre une autorité et une partie à un litige, car cela est clairement de nature à susciter des soupçons légitimes quant à l'existence de relations particulières (ATF 1P.396/2001).

Qu'en l'espèce, le soussigné a partagé les mêmes locaux avec la requise jusqu'au 31 juillet 2011 et que la requête a été déposée le 2 mai 2011.

Que ce chevauchement temporel et l'interprétation donnée à l'article 28 LTAE par la requise conduisent le soussigné à devoir se récuser.

Vu les articles 36 ss LTAE, 3,4, 11, 21, 27, 34 et 43 LPJA.

Par ces motifs

Le préposé cantonal à la gestion de l'information décide de:

  • se récuser avec effet immédiat dans la procédure ouverte par la requête du 2 mai 2011;

  • requérir auprès du Conseil d'Etat, dès l'entrée en force de la présente décision, la nomination d'un(e) préposé(e) à la gestion de l'information suppléant(e) pour traiter le dossier en cause;

  • statuer sans frais.

Ce site n'utilise que deux cookies: Un pour indiquer temporairement aux serveurs la langue que vous avez choisie lors de la configuration de vos outils informatiques. Un autre pour rappeler aux serveurs votre choix d'accepter les présentes conditions, afin d’éviter de reposer la question à la prochaine visite. En poursuivant la consultation de notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus, ainsi que l'enregistrement temporaire sur les serveurs de quelques données personnelles à des fins techniques. En savoir plus.